Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Le frelon asiatique

Observé pour la première fois en 2011 dans le département de l’Ardèche, le frelon asiatique colonise progressivement l’ensemble de la région Rhône-Alpes. Outre la problématique liée à sa présence sur les zones urbanisées, il représente une véritable menace pour la biodiversité et la santé des abeilles.

Plan de surveillance et de lutte régional

Afin de préparer l’arrivée de cet insecte et répondre aux signalements des habitants, un dispositif de surveillance est mis en place sur le département du Rhône visant à repérer et à détruire les nids par des entreprises spécialisées. Le réseau de référents locaux est composé d’apiculteurs professionnels et de loisir piloté par le GDS (Groupements de Défense Sanitaire), le GDSA (Groupement de Défense Sanitaire Apicole) et la FREDON (Fédération Régionale de Défense Contre les Organismes Nuisibles).

Deux types de nids peuvent être observés :

  • Les nids primaires : visibles dès les premiers beaux jours, au printemps,
  • Les nids secondaires : visibles dès le début de l'été, correspondant à une délocalisation de la colonie qui abandonne

Si vous pensez avoir vu des frelons asiatiques, prévenez l’un des organismes sanitaires. Si vous avez tué un individu, conservez-le au congélateur pour le remettre au référent qui vous contactera ou prenez le en photo et envoyez cette photo par mail à la FREDON.

FREDON 69 – 04 37 43 40 70 - frelon.asiatique@fredonra.com

GDS 69 – 04 78 19 60 60 - gdsa69@gmail.com

Le moustique tigre

L'Aedes albopictus, plus connu sous le nom de "moustique tigre", fait l'objet d'une surveillance particulière car il est un vecteur potentiel de maladies virales comme le chikungunya ou la dengue. Installé depuis 2004 dans le Sud de la France, il remonte progressivement sur le territoire ; il est considéré aujourd'hui comme implanté dans le Rhône.

Ce moustique de petite taille (5 à 7 mm) est recouvert d'une multitude d'écailles de couleurs blanches et noires. C'est un insecte urbain et diurne : il pique le jour, particulièrement à l'aube et au crépuscule, principalement à l'extérieur des habitations.

Sa période d'activité se situe du 1er mai au 30 novembre.

Les gîtes de reproduction du moustique tigre sont toujours de petite taille : les creux des arbres mais aussi tous les petits espaces d'eaux stagnantes créés par l'homme (seaux, vases, soucoupes, fûts, citernes, écoulements de gouttières, pneus…).

moustique-tigre.jpg
Guide pratique [pdf] - 2.28 Mo

Les chenilles processionnaires

Suite à la hausse de température et le manque de grand froid ces dernières années, les pins sont de plus en plus touchés chaque année par l'invasion de chenilles processionnaires.

Les chenilles, qui se déplacent en file indienne sur le sol, peuvent être dangereuses pour les humains comme pour les animaux. En effet, les poils urticants présents sur le corps de ces insectes peuvent provoquer des réactions allergiques, telles que des démangeaisons, des troubles oculaires et des œdèmes. Ces réactions peuvent être beaucoup plus importantes et plus graves chez les animaux domestiques qui peuvent montrer de la curiosité et s’approcher un peu trop près des chenilles. Si vous rencontrez une colonie de chenilles processionnaires, le mieux est de l’éviter et de ne pas tenter de toucher les insectes ou de les écraser.

Soyez particulièrement vigilants avec les enfants !

processionary-1119461_1280.jpg

La municipalité de Charbonnières-les-Bains alerte ses habitants sur la nécessité de lutter contre la chenille processionnaire du pin qui peut entraîner de graves lésions aux humains et aux animaux à cause de leurs poils urticants.

Pour réduire au maximum leur nuisance, toute personne qui constate leur présence se doit d’intervenir.

Les interventions se font avant les premières douceurs, du mois de février au mois de mars, selon les années. Car avec l’arrivée du printemps, les chenilles processionnaires vont descendre des résineux pour aller s’enfouir dans le sol et démarrer le processus de transformation en papillons.

Deux méthodes sont à la portée des particuliers : le piégeage et la destruction de leurs nids. Le piégeage est réalisé par un dispositif ceinturant le tronc de l’arbre et ne laissant aux chenilles qui vont et viennent le long du tronc que le choix de tomber dans un sac où elles finiront leurs jours ! La destruction mécanique des nids consiste simplement à couper le segment de branche qui supporte le nid et à le détruire (sans y toucher !) par incinération.

ATTENTION ! Quelle que soit la méthode envisagée, ne prenez pas de risques inutiles. Ne manipulez jamais les cocons sans porter des gants.

Au besoin, consultez les professionnels agréés.

En cas de symptôme inquiétant (rougeurs, œdèmes, difficulté respiratoire) après contact avec ces chenilles (ou leurs poils très volatils), il faut rapidement contacter les urgences hospitalières ou vétérinaires.

N’oublions pas que la responsabilité des propriétaires et/ou occupants de terrains d’où proviendraient ces chenilles peut être engagée en cas de plainte.

La démoustication : l’affaire de chacun !

Les moustiques pouvant entraîner des nuisances importantes, un service de démoustication est chargé d’intervenir sur votre territoire.
Financée par la commune et le conseil départemental, cette mission de service public est conduite par l’Entente Interdépartementale Rhône-Alpes pour la Démoustication (EIRAD).
Ces insectes se développent sous forme de larves dans l’eau. Tout récipient contenant de l’eau, même propre, peut permettre le développement des larves. L’implication
et la vigilance de chacun sont donc nécessaires.
Vous pouvez contribuer à éviter cette prolifération en adoptant les gestes de prévention suivants :
• Supprimer l’eau stagnante dans les soucoupes sous les pots de fleurs ou les remplir avec du sable.
•Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie (gouttières, rigoles couvertes par une grille...).
• Couvrir de façon hermétique les réserves d’eau (bidons, citernes d’eau de pluie) avec de la toile moustiquaire.
En cas de problème lié aux moustiques, vous pouvez le signaler : www.eid-rhonealpes.com ; contact@eid-rhonealpes.com.

La tique

La tique est un parasite qui peut, par sa morsure, transmettre la maladie de Lyme à l’homme. Les tiques sont répandues partout en France, surtout en dessous de 1 500 m d’altitude. Elles vivent dans des zones boisées et humides, les herbes hautes des prairies, les jardins et les parcs forestiers ou urbains. Les contaminations humaines sont plus fréquentes à la période d’activité maximale des tiques, en France entre le début du printemps et la fin de l’automne.

La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, est transmise lors d’une piqûre de tique infectée par une bactérie de la famille des spirochètes. Toutes les tiques ne sont pas infectées et l’infection est souvent sans symptôme. Cependant elle peut provoquer une maladie parfois invalidante (douleurs articulaires durables, paralysie partielle des membres…). La maladie de Lyme n’est pas contagieuse.

tique.jpg
Maladie de Lyme et prévention des piqures [pdf] - 2.42 Mo

Ambroisie

Dans le cadre de la lutte contre l’ambroisie, l’ARS Rhône-Alpes a chargé le RNSA, en partenariat avec ATMO Auvergne-Rhône-Alpes, de vous adresser chaque semaine un bulletin d’information prévisionnel que vous pouvez télécharger à l'adresse suivante : http://www.pollens.fr/les-bulletins/images/Bulletin_ambroisie.pdf

L'ambroisie, un enjeu de santé publique en Rhône-Alpes et en Auvergne : chacun peut agir !

L'ambroisie est une plante envahissante dont le pollen est fortement allergisant. Rhône-Alpes est la région la plus touchée en France.

Agir contre l’expansion de cette plante est un enjeu majeur de santé publique qui requiert l’implication de tous.

Que faire ?

  • Sur ma propriété : je l'arrache !
  • Hors de ma propriété, sur un terrain public, s'il y a seulement quelques plants : je l'arrache !
  • Hors de ma propriété, s'il y a en a beaucoup, je signale la zone infestée par un des moyens suivants :

Onglet signalement du site www.signalement-ambroisie.fr

Mél : contact@signalement-ambroisie.fr

Téléphone : 0 972 376 888

Votre signalement sera communiqué à la mairie concernée qui engagera les actions nécessaires à l'élimination des plants.